En matière de transformation numérique la priorité ne devrait pas être de s’équiper de tel ou tel outil, ni même de digitaliser tel ou tel process, mais de préparer les femmes et les hommes qui composent l’entreprise à assumer les projets et les mutations digitales que vous allez devoir opérer hier.

Comment s’y prendre pour construire une équipe digitale ?

A la lecture de certains médias, la réponse semble être d’une simplicité biblique : quelques Chatbots sur vos pages Facebook et vos sites, un robot Nao à l’entrée de votre boutique, un Watson pour traiter les flux documentaires et les données et le tour est joué… Vous voilà pourvu d’une belle équipe 100% digitale prête à affronter les incroyables exigences de clients toujours plus pressés, au point de vouloir des réponses dans la nanoseconde, et toujours plus fainéants, au point de ne pas pouvoir se déplacer dans votre point de vente ou vos bureaux.

L’autre solution, beaucoup plus probable et certainement beaucoup plus souhaitable (et sûrement plus économique) est d’envisager un futur digitalisé « 100% humain » plutôt qu’un futur déshumanisé « 100% digital ». Evidemment, il va falloir que tout le monde s’y mette.

Vous l’avez compris, en 2018, la priorité n’est pas de bâtir une stratégie digitale que les équipes devront mettre en application mais de bâtir une équipe qui sera capable d’inventer le futur de votre organisation avec le digital. Pour cela voici 4 actions clés à mettre en œuvre dès aujourd’hui :

1) Réaliser un diagnostic de maturité digitale de votre équipe

Quelle est leur culture numérique réelle ? Quelle vision ont-ils du numérique dans leur quotidien professionnel ? Ont-ils des idées, des craintes ? Le mieux est de leur demander. Pour cela, réalisez un test et surtout faites le suivre d’un entretien individuel ou collectif (type questionnaire en ligne) afin de permettre à chacun de s’exprimer en orientant la discussion sur la vision plus que sur les attentes. S’il est bien plus simple d’avoir des attentes (ils voudront tous un ordinateur dernier cri et un système d’information plus rapide), il est bien plus enrichissant d’exprimer une vision aussi basique soit-elle.

En plus, vous serez surpris de découvrir des collaborateurs possédant une culture numérique et une vision de l’avenir que vous ne soupçonnez pas… Ils pourront certainement être bien utiles.

2) Former vos collaborateurs

Il existe de multiples moyens de former ses collaborateurs. La formation, l’acculturation, la veille… tous les moyens sont bons pour leur permettre de se former et de s’informer si possible en l’organisant un peu selon les intérêts de l’entreprise :

  • petits déjeuners digitaux
  • reverse mentoring
  • programme ambassadeurs
  • et bien entendu la formation

L’offre de formation au digital est riche. Nul doute que votre CCI a prévu quelque chose en la matière.

Le numérique est avant tout un sujet culturel (si on ne focalise pas sur l’outil), un sujet de culture générale.  En la matière, la formation ne peut pas tout. Vos collaborateurs doivent prendre conscience de l’effort personnel à fournir pour comprendre l’impact du digital sur leur métier. La posture consistant à attendre tout de l’entreprise est contre productive. Favoriser une démarche d’autoformation, en donnant accès à des outils de veille par exemple, est un excellent moyen de vous assurer d’une amélioration continue dans la durée, de la culture numérique de vos équipes.

3) Parler “digital” lors de vos recrutements

Le meilleur moyen de créer une équipe digitale c’est déjà de bien embaucher. Nous ne parlons pas ici de n’embaucher que des informaticiens ou des spécialistes du marketing web mais bien de faire de la culture numérique un critère de recrutement pour l’ensemble des postes de votre entreprise ne serait-ce que pour que vos futurs collaborateurs soient bien conscients que le sujet est important pour vous.

Faites passez un test de culture numérique, vérifiez le Social Selling Index ou le Klout, autant d’indicateurs qui vous permettront, au-delà de l’utilisation de la suite Office, de vous assurer de la maturité digitale d’un candidat lors de vos prochains recrutements.

4) Intégrer de nouveaux métiers

Enfin pour entrer dans une phase opérationnelle de la transformation digitale qui n’est rien de plus que d’intégrer le numérique dans toutes les strates de l’entreprise, il deviendra rapidement nécessaire d’incorporer de nouveaux métiers, de nouvelles expertises, que ce soit par l’évolution de salariés présents dans les équipes ou par le recrutement de spécialistes des métiers du numérique.

Prenons par exemple un industriel qui, après avoir longuement travaillé sa stratégie, a décidé qu’il était enfin temps d’utiliser le numérique pour alimenter les équipes commerciales en prospects qualifiés (j’aide ainsi mon client interne qui est le service commercial à résoudre le problème majeur de la génération de leads). Tout le monde s’est bien rendu compte que le site Internet créé il y a dix ans et régulièrement relooké pour l’adapter aux dernières tendances digitales, bien que très beau et très bien rédigé, ne servait pas à grand chose. Alors comment le rendre utile ? Comment faire pour générer du trafic, identifier les visiteurs, les inciter à prendre contact, à s’abonner à une newsletter etc. En embauchant une ou plusieurs personnes capables de réaliser tout cela !

Rien que pour cette stratégie consistant à faire du business en ligne, la galaxie des métiers est plutôt fournie : consultant search marketing, référenceur SEO, inbound marketeur, trafic manager, rédacteur web, data scientist, responsable e-commerce, consultant affiliation, sans parler du fameux CDO très à la mode, etc. J’en oublie des tas mais là n’est pas réellement le sujet. Bien entendu le patron d’une TPE ou d’une PME ira plutôt essayer de recruter le mouton à 5 pattes capable de conduire cette stratégie du mieux possible, avec les moyens (souvent limités) du bord car tout est question de moyens. 

Recruter, ce n’est pas la même chose qu’investir dans un outil (un site, un CRM etc.), c’est autrement plus engageant pour l’entreprise, donc plus risqué aussi. Mais c’est autrement plus structurant.

Vous voulez vendre en ligne ? Avant de créer un super site connecté à votre gestion des stocks, commencez par embaucher un chef de projet e-commerce qui sera capable de créer un dispositif web autour de votre site existant, de créer une petite boutique peu onéreuse pour tester le marché et mettre en place la bonne stratégie de vente et ensuite, une fois les premiers petits résultats obtenus, lancez-vous dans le grand bain.

Les bonnes compétences associées aux bons outils, voici un ordre des choses qui devrait vous permettre d’atteindre le succès. La route est longue et semée d’embûches mais le jeu en vaut certainement la chandelle.

Le numérique représente un vivier d’emplois et de développement incroyable, pas dans les startups ou les grands groupes mais bel et bien dans les TPE et PME qui voudront bien enfin se poser les bonnes questions et enfin mettre en place une vraie stratégie.

 

Tanu.io vous aide à améliorer la culture digitale de votre entreprise.

TANu (www.tanu.io) est une plateforme universelle de culture numérique composée d’un test et de l’Ecole associée, un centre de ressource permettant aux personnes ayant passé le test de progresser dans leur culture numérique.

Avec TANu, les entreprises disposent d’un outil essentiel pour préparer la phase opérationnelle de leur transformation numérique en assurant la prise de conscience de l’impact du numérique par les équipes, en permettant d’évaluer les besoins en formations, de détecter les ambassadeurs et surtout de permettre à chacun de s’autoformer en fonction de son score TANu, de ses besoins et de ses centres d’intérêts.

WordPress Video Lightbox
Retrouvez Foliweb - Go numérique 2018

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Recevez informations, conseils et astuces pour progresser dans votre transformation numérique

Merci, votre inscription a bien été prise en compte !

Share This