Le marché du travail est en pleine mutation.  L’arrivée sur le marché des « digital natives », les nouvelles attentes de la part des collaborateurs en matière de flexibilité au travail, le tout combiné à l’essor du numérique, vous obtenez une remise en cause progressive des modèles managériaux des entreprises.

La rapidité et la diversification des flux d’informations, l’usage des réseaux sociaux en entreprises, l’interactivité grandissante entre les collaborateurs, des collaborateurs de plus en plus « nomades » … Le digital a tout simplement changé le monde de l’entreprise que ce soit au niveau de ses métiers, de sa communication, de son organisation et même de sa culture.

Face à la constante évolution des nouvelles technologies et des attentes des collaborateurs, le modèle pyramidal de l’entreprise d’hier ne convient plus. Il n’est plus possible de manager comme à l’ère industrielle.

Voici comme le digital révolutionne les pratiques managériales.

La fonction de manager : un nouveau modèle et un nouveau rôle induit par le digital

Par définition, la fonction principale du manager est d’organiser le travail des équipes et de définir les fonctions de chacun en vue d’atteindre plusieurs objectifs fixés par la direction. Néanmoins, les temps changent et le rôle du manager se métamorphose avec le développement du numérique.

Le manager « de l’ère digitale » doit avoir la capacité à créer des liens entre les collaborateurs et les différents services. Sa priorité ? Responsabiliser et rendre autonome l’ensemble des collaborateurs en les guidant dans la bonne direction à prendre. Le digital est à l’origine d’une nouvelle pratique managériale que l’on appelle le management collaboratif et participatif.

En plus du modèle, c’est aussi le rôle du manager qui a fondamentalement évolué avec le digital. Le manager doit désormais se placer comme un leader. Il occupe un rôle de facilitateur et d’animateur d’équipes. En mettant en valeur les compétences de chacun de collaborateurs, il créera de la valeur et développera une intelligence collective. C’est cette intelligence collective qui favorisera l’engament des collaborateurs et contribuera donc directement à un gain de productivité, de création et d’innovation.

Certains craignent de voir disparaître le métier de manager avec l’avènement du numérique et les nouvelles attentes des collaborateurs en matière de flexibilité au travail. Le métier de manager n’est pas mort, sa fonction évolue et il n’en demeure pas moins toujours une pièce maîtresse dans la réussite d’une organisation.

D’une posture verticale à une posture horizontale

À l’ère du digital, c’est l’organisation du travail globale de l’entreprise qui doit se métamorphoser. On passe d’une autorité verticale et pyramidale à une posture bien plus horizontale.

Le digital permet de casser les silos de l’organisation et il reste l’un des principaux responsables de l’émergence de l’entreprise « horizontale et libérée » à laquelle le manager doit s’adapter en devenant un facilitateur.

De nouveaux moyens à la disposition du manager

Sur un plan plus technique cette fois-ci, le digital offre aux managers un large éventail d’outils et de moyens de communication divers et variés. Messagerie instantanée, réseaux sociaux, réseaux d’entreprises, plateformes collaboratives, SMS… Le manager a aujourd’hui l’embarras du choix pour transmettre les bonnes informations au bon moment et au bon collaborateur.

La possibilité d’interactions via ces plateformes et outils permet de développer considérablement le dialogue et les échanges. Les collaborateurs prennent position directement et participent au développement de leur entreprise.
La réussite d’une équipe passe par la coopération, l’écoute et l’interaction.

La démocratisation des outils de communication est d’autant plus précieuse que le management s’effectue de plus en plus à distance avec l’émergence des nouvelles façons de travailler. Que le collaborateur soit télétravailleur ou basé sur un autre site, le contact et le suivi d’activité restent possibles.

Et l’humain dans tout ça ?

Le digital oui, mais quid de l’humain ? La transformation digitale des entreprises et des rôles des managers passent avant tout par l’humain.
C’est la nouvelle responsabilité du manager à l’ère du numérique : accompagner l’ensemble des collaborateurs dans une transition et une mutation dont ils sont les principaux acteurs.

Les managers sont aujourd’hui des facilitateurs qui ont pour responsabilité d’encourager, de rassurer les collaborateurs sur leur avenir et de valoriser le rôle de chacun d’entre eux dans cette transformation.

En résumé, l’ère du numérique dans lequel nous vivons entraîne une métamorphose de la société et du travail. Le digital change les façons de manager et de travailler mais il doit rester au service de l’Homme et non l’inverse, l’Homme reste au cœur du développement.

Si l’on se fie aux résultats de l’étude réalisée par le cabinet Kurt Salmon sur un panel de DRH en France, les tendances d’évolution du modèle managérial tendent vers plus de collaboration, de responsabilisation et d’autonomie pour les collaborateurs.

Une tendance qui rejoint la vision que porte FlexJob : la performance des entreprises de demain repose sur un mode d’organisation plus agile tourné vers la responsabilisation, l’autonomie et la coopération entre les collaborateurs.
Notre vision se matérialise par notre plateforme de mise en relation entre candidats et recruteurs qui aspirent à travailler autrement. Nous permettons aux entreprises les plus innovantes sur le plan managérial de recruter des collaborateurs sensibles aux nouvelles façons de travailler. Et comme nous venons de le voir, l’humain reste au cœur de la mutation digitale des entreprises, le recrutement des meilleurs talents reste donc un enjeu important pour les recruteurs et les managers.

Share This